Historique

2003

La Maison d’Hébergement l’Équinoxe et le Centre de Femmes du Témiscamingue veulent mieux connaître les besoins des femmes en matière d’agressions à caractère sexuel au Témiscamingue. C’est une chargée de projet qui élabore un projet et obtient un financement de 3 ans auprès du Programme de Promotion de la Femme afin d’établir le portrait de la problématique. Le projet vise à vérifier l’ampleur et ses conséquences sur les femmes, identifier les ressources disponibles sur le territoire et leurs limites. Dans le cadre de la réalisation du portrait de la situation au Témiscamingue, un comité d’orientation constitué de 9 femmes provenant d’autant d’organismes issus du réseau et du milieu communautaire, est mis en place.

2005

Le comité d’orientation devient un comité de vigilance.

2006

Le comité de vigilance se constitue en Table en matière de prévention des agressions à caractère sexuel et assurera le suivi d’actions de prévention sur le territoire, il soutient alors l’action du milieu contre la demande d’un permis de spectacles avec nudité à Ville-Marie et réalise des actions de prévention telles que :

  • Large diffusion d’une liste de moyens de prévention individuelle des ACS.
  • Affichage dans les toilettes des festivals, des écoles secondaires, des bars et restaurants, etc.
  • Émission de diplômes de vigilance à tous les finissants et finissantes pour leur bal et après-bal.
  • Prévention médiatique dans les périodes le l’Halloween, des Fêtes et de Pâques.
  • Formation de ses membres sur des sujets comme la drogue du viol, le centre désigné et la trousse médico-légale, les services du CAVAC, etc.

2008

Par la suite, un projet visant à rédiger un protocole de sécurité en collaboration avec 4 festivals et événements de la région est élaboré.

2009

Le projet obtenu au Programme promotion de la femme démarre ses actions sous la coordination d’une chargée de projet. Pendant 3 ans, les partenaires qui sont La Rigolade du Printemps, le Festival Western, le Rodéo du Camion et la Foire Gourmande ont intégré les recommandations annuelles de brigades d’observations qui ont rassemblé plus de 60 bénévoles pour améliorer leurs installations et pratiques préventives.

2011

Le Protocole est lancé en décembre et reçoit un très bon accueil non seulement du milieu, mais de groupes et événements de tout le Québec.

2012

Toujours à la recherche de financement des actions de prévention, un projet obtenu de la Table violence de l’ASSSAT, permet l’embauche d’une agente de projet à temps partiel.

2013

Le 14 mars 2013, le CALACS du Témiscamingue obtient enfin ses lettres patentes et le 9 mai, il procède à son assemblée de fondation. La première collective, composée de cinq femmes, voit enfin le jour.

Dans un premier temps et jusqu’à ce jour, l’organisme doit prendre racine dans le milieu et chercher des moyens financiers pour assurer la viabilité des services. Les priorités d’actions se concentrent sur la prévention des agressions à caractère sexuel et la poursuite des partenariats déjà établis avec plusieurs festivals du territoire.

La collective souhaite vivement offrir aux victimes des services d’intervention et d’accompagnement mais compte tenu de la situation financière actuelle, il nous est impossible de répondre à cette demande pour le moment. Toutefois, nous travaillons très fort à consolider l’organisme et espérons ouvrir nos portes aux victimes d’ici un ou deux ans.